Module 4 – Leçon 3 – Critères d’évaluation

by

Module 4 – Leçon 3 – Critères d’évaluation

[private]

Cliquez pour télécharger la leçon de la semaine  

PS: Cliquez pour télécharger Acrobat Reader si vous ne pouvez pas ouvrir le PDF  


 

MODULE 4 – L’INTÉGRATION SENSORIELLE

leçon 3

Critères d’évaluation

Bonjour,

Cette semaine nous voyons comment ajouter l’intégration sensorielle à votre plan de manière à trouver les ressources (thérapies, et intervenants) utiles à votre enfant.

Nous verrons aussi quels sont les critères pour savoir si votre enfant présente des défis qui nécessitent une évaluation et comment vous pouvez aider votre enfant à la maison en venant en support des thérapies qui lui sont offertes.

Il est important de détecter les troubles sensoriels pouvant nuire au bon fonctionnement de votre enfant de sorte qu’un travail puisse s’effectuer au niveau de ses sens afin de rendre votre enfant plus réceptif, l’aider à mieux communiquer, mieux se comporter, mieux interagir, apprendre, etc.

Nous aimerions vous rappeler que le but est de vous donner des indices ou des pistes de solutions; donc si vous avez l’impression ou si vous constatez que votre enfant pourrait présenter des défis sensoriels, cela prendra une évaluation par un professionnel qualifié.

Comment mieux comprendre ou expérimenter les troubles sensoriels?

Quelle est notre expérience?

Gardez en tête que nous présentons tous des signes de mal fonctionnement sensoriel à un moment ou l’autre de notre vie. Par exemple quand nous sommes malades, plusieurs sens peuvent être débalancés : les aliments nous paraissent fades et sans intérêt (nous sommes donc hyposensibles aux saveurs).

Notre peau devient très sensible (hypersensibilité au toucher) et nous ne sommes pas en mesure de dire si nous avons chaud ou froid (cela peut se comparer alors à un trouble de modulation au niveau du toucher).

Un exemple d’hypersensibilité visuelle est lorsque nous sommes soumis à une forte lumière après avoir passé du temps dans l’obscurité.

Si vous vous levez trop rapidement du lit et que vous vous sentez étourdi ou pour bref moment vous perdez vos repères, alors vous avez un aperçu de ce qu’est un trouble vestibulaire.

Notre but dans cette leçon est de vous donner une base pour mieux communiquer vos besoins aux professionnels qui évalueront votre enfant de façon à mieux fixer des objectifs et surtout pour évaluer les progrès de votre enfant.

Ce n’est pas parce votre enfant présente certains signes que cela signifie qu’il y a nécessairement un trouble d’intégration sensorielle. Parfois, pour le même sens, votre enfant peut être à la fois hypersensible et hyposensible.

Souvenez-vous que votre enfant peut avoir des défis propres à un sens en particulier et aucun pour les autres.

Les débalancements sensoriels liés à un sens ne sont pas toujours constants et peuvent varier d’un jour à l’autre ou d’une activité à l’autre. Restez vigilant et observez votre enfant.

Bien que presque la totalité des enfants sous le spectre de l’autisme aient des troubles d’intégration sensorielle, les personnes qui ne sont pas sous le spectre de l’autisme peuvent elles aussi présenter des déséquilibres sensoriels.

Pour savoir si votre enfant (ou tout autre membre de la famille n’étant pas sous le spectre) a besoin d’évaluation, demandez-vous si les débalancements sensoriels que vous observez l’empêche de bien fonctionner et que si ces débalancements étaient diminués, est-ce qu’il serait en mesure de mieux fonctionner dans la vie quotidienne.

Si c’est le cas, et il vous faudra faire ce qui suit :

  1. Constat initial : déterminer si votre enfant présente des défis qui nuisent à son bon fonctionnement
  2. Formuler par écrit vos observations (avant de chercher de l’aide)
  3. Trouver les intervenants (faire évaluer votre enfant par un professionnel)
  4. Établir un plan d’intervention (le but est de rendre votre enfant plus fonctionnel)
  5. Offrir du support à la maison : (allouer du temps pour la stimulation)
  6. Mesurer les progrès (signifie de comparer votre enfant uniquement avec son point de départ lorsque vous évaluez sa progression)

 

Bien que chaque enfant soit unique, voici deux exemples de ce qui a fonctionné pour les nôtres.

Il vous faudra adapter les interventions selon la réalité de votre enfant.

 

  • Sens auditif

1. Constat initial : Déterminer si votre enfant présente des défis

Notre fille réagissait vivement au bruit soudain. Elle craignait les foules et c’était un problème pour toute activité sociale

 

2. Formuler par écrit vos observations (avant de chercher de l’aide)

  •  Elle met les mains sur les oreilles régulièrement
  • A peur de certains bruits courants comme la chasse d’eau
  • Ne veut pas rester dans les lieux où il y a beaucoup de bruit : exemple fête d’enfants…

 

3. Trouver les intervenants : faire évaluer votre enfant par un professionnel

Il ne nous a pas été facile ni rapide de trouver un professionnel pour l’évaluation de notre fille; puisque toutes nos observations nous ont mené à la conclusion que notre fille présentait un problème auditif, nous avions pris rendez-vous avec l’audiologiste, mais tous les tests ont indiqué une audition parfaite.

 

Pourtant, les manifestations étaient bien là.

 

Ce qui a fonctionné pour nous :

Pendant que nous étions sur liste d’attente pour l’évaluation globale du développement de notre fille, nous avons pu trouver un professeur de musique qui semblait bien comprendre la situation et était prête à travailler avec elle. L’initiation à la musique : les percussions, le rythme, le chant et le piano lui ont permis de développer de la spontanéité et l’a aidée à se défaire du ton monotone qu’elle employait pour parler.

Quant à notre fils, le piano fut pour nous une fenêtre ouverte sur son univers; nous avons donc découvert un beau talent et une oreille dite «absolue» selon son professeur de musique.

 

4. Établir un plan d’intervention (pour rendre votre enfant plus fonctionnel)

  • Lorsque nous avions trouvé le prof de musique (heureusement très compréhensive et flexible!)
  • Nous avons pris le temps de bien expliquer la condition d’alors et de partager nos observations
  • Nous avons établi un objectif : notre but n’était de rendre notre fille réceptive aux sons puisqu’à l’époque elle ne supportait pas les sons aigus de manière a améliorer ses comportements
  • Les premiers cours se sont donnés à la maison à raison d’une fois semaine
  • Le programme consistait à la familiariser à différents types de sons, leur intensité et leur variation
  • Au début, notre fille n’aimait pas les instruments de musique (le prof a dû être très créative; comment donner des cours de musique à un enfant qui ne veut toucher aucun instrument?)
  • Pour les premiers mois, les exercices furent faits sans instrument – seulement en faisant des exercices de rythme en tapant pieds et mains – puisque sa réceptivité et sa compréhension des consignes étaient limitées, c’est le professeur qui prenait ses mains et ses pieds pour les exercices
  • Puis au fil du temps, elle a commencé à imiter et à faire les jeux par elle-même
  • Graduellement, des instruments ont pu être introduits

 

5. Offrir du support à la maison

Toujours durant notre période d’attente d’une évaluation globale du développement de nos enfants par les services publics, nous avions trouvé une ergothérapeute dans le secteur privé qui a pu dresser un profil sensoriel de chacun de nos enfants et nous a recommandé une diète sensorielle. Ce que nous entendons par diète sensorielle est qu’à chaque jour, des gestes (massage, compressions des membres, exercices, etc.) doivent être posés, entre les séances pour maintenir le travail que l’intervenant fait avec votre enfant. Pour avoir des changements durables, il est important de faire des exercices de renforcement à la maison régulièrement pour accélérer et maintenir les progrès. Ce que nous avons donc continué à faire tant pour notre fille que pour son frère aîné quelques minutes par jour.

 

6. Évaluer les progrès (comparer votre enfant uniquement à partir des critères de son point de départ pour son amélioration)

 

Résultats spécifiques de ce qui est possible maintenant :

Bien que l’hypersensibilité de notre fille ne soit pas complètement disparue, cette sensibilité a tout de même diminué et fait en sorte qu’elle peut maintenant supporter des sons qui jusque-là lui étaient insupportables. Bien sûr, dans le cas de notre fille, il peut y avoir un inconfort pour certains bruits soudains, mais rien qui ne la fasse fuir comme auparavant.

Imaginez-vous que notre enfant est passée du fait d’avoir :

Peur d’instruments de musique au fait de jouer du piano et de participer à des concerts seule devant un public!

Être incapable de tolérer le son cacophonique des grands rassemblements au fait d’avoir hâte d’inviter des amies pour son anniversaire ou encore de vouloir se rendre à une foire bondée de gens!

Bien que chaque enfant soit différent et qu’aucun résultat ne peut être garanti, vous pourriez explorer cette avenue qu’est l’intégration sensorielle; si vous avez une fraction des résultats que nous avons eus vous en serez ravi. Pour notre part, les résultats furent spectaculaires!

 

  • Le sens de la vue

Pour ce qui est d’un déséquilibre visuel, encore une fois, le premier pas est d’identifier le problème.

Une fois le type de sensibilité identifié, vous pourriez faire voir votre enfant par un spécialiste en rééducation visuelle. Certains optométristes utilisent cette approche (optométrie comportementale).

Selon l’âge de votre enfant, il faudra peut-être attendre pour la rééducation visuelle puisqu’elle consiste en une série d’exercices qui demandent la participation active de votre enfant. Cette thérapie a pour but d’améliorer la mobilité des yeux, la vision périphérique et la perception de la profondeur.

Plusieurs types de problèmes liés à la vue sont également pris en compte à travers la Méthode Padovan.

 

1. Constat initial : déterminer si votre enfant présente des défis au niveau de la vue qui peuvent nuire à son bon fonctionnement.

Pour les défis visuels de notre fils, le constat initial était une sensibilité à la lumière du soleil ainsi qu’au niveau de la coordination et dans sa façon de manipuler les objets.

2. Formuler par écrit vos observations (avant de chercher de l’aide)

  • se plaint de la lumière du soleil
  • problème de motricité fine : ne peut pas dessiner; à l’âge de 5 ans, notre fils ne voulait même pas tenir un crayon!!
  • ne peut lancer ou attraper une ballon

 

3. Trouver les intervenants (faire évaluer votre enfant par un professionnel)

Puisque toutes ces manifestations nous semblaient liées à ses capacités physiques et motrices, l’ergothérapeute qui nous avait parlé de l’intégration sensorielle a fait un test qui consiste à demander à l’enfant de suivre un objet en mouvement de gauche à droite puis de droite à gauche, elle a constaté que le mouvement de ses yeux se faisait par petits bonds et non pas de façon continue. Elle nous a donc référé à des optométristes spécialisés en rééducation visuelle qui ont fait une évaluation et constaté une hypermétropie/astigmatisme (vision floue). Il ne percevait donc pas les profondeurs ni la distance entre les objets.

 

4. Établir un plan d’intervention (le but de ce plan est de rendre vote enfant plus fonctionnel)

  • Notre objectif était de rendre le mouvement de ses yeux fluide et de corriger sa coordination

La thérapie consiste en une séance d’une heure par semaine pour une série d’exercices et d’évaluation des progrès.

 

5. Offrir du support à la maison : continuation des exercices de rééducation visuelle

  • Il fallait continuer les exercices à la maison à raison de 3-4 fois/sem. avant de le faire réévaluer et de se faire assigner une nouvelle série d’exercices pour les semaines suivantes; le programme de rééducation visuelle s’échelonne sur une période d’environ un an

 

6. Mesurer les progrès (signifie de comparer votre enfant uniquement avec son point de départ et de garder en tête que l’important est de faire en sorte que votre enfant puisse bien fonctionner)

Avant :

  • Il ne pouvait lancer/attraper un ballon

 

Après :

  • Mouvement des yeux plus fluide et capable de suivre un objet des yeux
  • Capable de reproduire un dessin de façon convenable

 

Souvenez-vous que ce qui pourrait sembler juste un problème de coordination pourrait très bien être un problème au niveau de la vision. Comment votre enfant peut bien bouger si sa vision est défaillante?

Nos enfants ont également présenté des défis au niveau du sens du toucher, du vestibulaire et de la proprioception.

Pour ces sens, nous avons suivi la même démarche.


 

Exercice de la semaine

2 feuilles :

–       Graphique d’évaluation de la sensibilité sensorielle (1 à 5 indique niveau d’hypersensibilité, 5 étant très hypersensible) – (-1 à -5, indique niveau d’hyposensibilité, -5 étant très hyposensible)

 

–       Grille d’évaluation des sens (imprimer une grille par défi sensoriel)

 

Donnez une note à votre enfant (+0 si hypersensibilité, -0 si votre enfant semble hyposensible)

 

Sens du toucher?

Sens de la vue?

Sens ouïe?

Goût?

Odorat?

Proprioception?

Vestibulaire?

 

Choisissez le sens qui semble présenter le plus grand défi pour votre enfant et répondez au mieux de votre connaissance aux deux premières questions puis continuez les autres étapes de la démarche.

  1. Quel est votre Constat initial : déterminez si votre enfant présente des défis qui nuisent à son bon fonctionnement?
  2. Formulez par écrit vos observations? (avant de chercher de l’aide)
  3. Trouvez les intervenants (faire évaluer votre enfant par un professionnel)
  4. Établissez un plan d’intervention (le but est de rendre votre enfant plus fonctionnel)
  5. Offrez du support à la maison (ex. : entreprendre une diète sensorielle)
  6. Mesurez les progrès (signifie de comparer votre enfant uniquement avec son point de départ et de garder en tête que l’important est de faire en sorte que votre enfant puisse mieux fonctionner)

Formuler par écrit la condition de votre enfant est comme une photo que vous prenez de votre enfant.

La photo vous indique ce qui ce passe à une date précise. Cela permet de voir comment votre enfant grandit et change au fil des mois et des années. Ayez la même approche avec votre évaluation et cela vous permettra de regarder le chemin parcouru, de mesurer les progrès et cela vous aidera à rester motivé.

Merci de votre écoute.

Tenez bon! Faites-le pour votre enfant! Faites-le pour vous!

[/private]

Comment Aider Votre Enfant Autiste

Comment Aider Votre Enfant Autiste

Testimonials

J’en profite pour remercier Marjorie pour sa dynamique implication. Je félicite Marjorie et Shilov pour la qualité de leur site internet et la pertinence de leurs interventions. Quant à l’aide qu’ils offrent aux parents d’enfants autistes, il n’y a rien de plus solide à mes yeux que les conseils et le support d’une personne ayant vécu la même chose.
Lise Guénette, ND.A.

Comment Aider Votre Enfant Autiste?

Nos 7 plus grandes erreurs – Comment vous pouvez les éviter?

Bonjour, ayant nous-mêmes deux enfants autistes, nous avons conçu ce site pour partager avec d’autres parents les ressources qui ont permis à nos enfants de progresser! Pour avoir des trucs pratiques au quotidien pour donner les meilleures chances de progrès à votre enfant…

Une dernière petite étape… Allez à votre courriel pour confirmer que vous acceptez de recevoir des communications d'ActionParents.com PS: Assurez-vous d'avoir bien reçu le courriel et qu'il ne se trouve pas dans votre courrier indésirable Merci!