Module 5 – Leçon 2 – Une Communication Inévitable

by

Module 5 – Leçon 2 – Une Communication Inévitable

[private]
Cliquez pour télécharger la leçon de la semaine  
Cliquez pour télécharger annexe 4 

PS: Cliquez pour télécharger Acrobat Reader si vous ne pouvez pas ouvrir le PDF  


 

MODULE 5 – LA COMMUNICATION

leçon 2

Une Communication Inévitable

Bonjour et bienvenue à la deuxiène leçon du Module 5.

Cette semaine nous parlons des moyens pour faire progresser la communication chez votre enfant.

Ce que nous recherchons pour notre enfant ce n’est pas juste le fait de parler, mais aussi de converser!

Nous voulons que notre enfant initie la conversation, la soutienne et alimente l’interaction.

Pour faire progresser la communication verbale de nos enfants, nous utilisons une approche en 5 étapes :

1- Évaluer pour savoir où en est notre enfant (ex.: combien d’échanges votre enfant est capable de faire avant que vous ne perdiez son attention, un peu comme quand on joue au tennis)

2- Fixer un objectif pour le faire progresser et mesurer ses progrès

3- Appliquer systématiquement les principes de base de l’ABA (Applied Behavior Analysis) (expliqués ci-dessous)

4- Rendre la communication inévitable

5- Trouver l’aide et les ressources dont votre enfant a besoin

 

  1. Évaluer – Pour évaluer où en est notre enfant, nous utilisons ‘The Behavioral Language Assessment Form que nous avons adapté non pas à titre thérapeutique mais comme indicateur pour avoir une idée de l’évolution de la communication verbale et non verbale. C’est aussi un outil pratique pour évaluer les progrès quand votre enfant travaille avec des intervenants.

Voici les points du Behavioral Language Assessment Form sur lesquels nous portons notre attention.

Pour chacun des points, nous indiquons l’énoncé qui décrit le mieux la réalité actuelle de notre enfant. Nous donnons une note sur une échelle de 1 à 5; 1 étant presque pas de réaction alors que 5 indique un bon niveau d’évolution.

 

I. La coopération

Est-il facile de travailler avec votre enfant? Il est possible qu’au départ votre enfant ne coopère pas du tout et évite toute coopération en plus de manifester des comportements inadéquats ou que les interactions soient brèves avant de perdre son attention. En toutes circonstances, l’important est d’avoir une bonne idée d’où se trouve votre enfant. Souvenez-vous que ce n’est que le point de départ pour savoir sur quoi travailler.

 

Donnez une note sur une échelle de 1 à 5; 1 étant presque pas de réaction alors que 5 indique un bon niveau d’évolution :

1. Ne coopère pas, évite l’interaction, a des comportements inappropriés

2. N’a qu’une brève réaction comme réponse à une forte stimulation

3. Votre enfant soutient 5 échanges sans qu’il y ait d’interruption par des comportements inappropriés

4. Votre enfant interagit 5 minutes sans qu’il y ait d’interruption par des comportements inappropriés

5. Votre enfant interagit 10 minutes assis à table sans qu’il y ait d’interruption par des comportements inappropriés

 

II. Faire une demande

Comment votre enfant vous fait connaitre ses besoins et désirs? Est-ce par des gestes, en pointant du doigt, par des mots limités ou n’arrive pas du tout à faire connaître ses besoins?

1. Ne peut pas faire une demande pour ce qu’il aimerait avoir – a des comportements négatifs ou inappropriés

2. Pointe au lieu de faire une demande verbale ou tire vos vêtements pour attirer votre attention vers ce qu’il veut

3. Utilise 1 à 5 mots, gestes ou images pour demander ce qu’il aimerait avoir

4. Utilise 1 à 10 mots, gestes ou images pour demander ce qu’il aimerait avoir

5. Demande fréquemment, avec plus de 10 mots, gestes ou images

 

III. Imitation moteur

Est-ce que votre enfant est en mesure d’imiter des actions? Imiter les mouvements est essentiel à l’apprentissage de la communication non verbale qui sert à créer une interaction de base.

 

1. Ne peut imiter les mouvements d’aucune personne

2. Arrive à imiter quelques mouvements de motricité globale et prendre d’autres personnes comme modèle

3. Imite plusieurs mouvements de motricité globale sur demande

4. Imite plusieurs mouvements de motricité fine sur demande

5. Imite facilement les mouvements de motricité globale et fine de façon spontanée

 

IV. Imitation vocale (répéter des sons, ou parler de façon spontanée)

1. Ne produit aucun son (vérifier avec un médecin pour savoir
si votre enfant n’est pas muet)

2. Produit quelques sons sur un ton monotone

3. Reproduit les sons entendus sur un ton varié

4. Reproduit fréquemment les sons entendus sur des tons variés et dit quelques mots

5. Reproduit fréquemment les sons entendus sur ton varié, dit clairement et comprend beaucoup de mots

 

V. Réceptivité

Votre enfant comprend-t-il des mots ou des consignes? Nous avons vu dans la leçon précédente l’importance de la fonction réceptive de la communication; si votre enfant ne reçoit pas adéquatement l’information, il pourra difficilement s’exprimer à son tour. D’où l’importance de mesurer et d’évaluer cet aspect sur une base régulière.

 

1. Ne comprend aucun mot (ne semble rien comprendre)

2. Est capable de suivre quelques consignes simples en relation
avec la routine quotidienne

3. Est capable de suivre quelques consignes et poser des actions simples dans des circonstances variées (hors maison)

4. Est capable de suivre plusieurs consignes et de pointer au moins 25 items

5. Est capable de suivre les consignes et de pointer au moins 100 items, actions, personnes ou adjectifs, notamment des consignes multiples (ex. : prends la bouteille sur le coin droit de la table, remplis-la et donne-la à ton frère)

 

VI. Étiqueter (Identifier)

Votre enfant est-il en mesure d’identifier verbalement certains items ou actions?

 

1. Ne peut identifier aucun items ou actions

2. Peut identifier 1 à 5 items ou actions

3. Peut identifier 6 à 15 items ou actions

4. Peut identifier 15 à 50 items ou actions

5. Peut identifier plus de 100 items ou actions

 

VIII. Capacité à identifier par la fonction et l’utilité

Votre enfant es-t-il en mesure d’identifier des items quand on lui donne des indices?

 

1. N’est pas en mesure d’identifier des items quand on lui donne des indices

2. Est en mesure d’identifier quelques items quand on lui donne des indices comme un synonyme ou des fonctions de base

3. Est en mesure d’identifier 10 items quand on lui donne 1 des 3 fonctions ou utilités

4. Est en mesure d’identifier 25 items quand on lui donne 4 fonctions ou utilités

5. Est en mesure d’identifier 100 items quand on lui donne 5 fonctions ou utilités

 

 

IX. Compétences de conversation

Votre enfant est-il en mesure de compléter des mots manquants ou de répondre à des questions?

 

1. N’est pas en mesure de compléter des mots manquants ou compléter des parties d’une chanson

2. Est en mesure de compléter quelques mots manquants ou de reproduire quelques cris d’animaux

3. Est en mesure de compléter 10 phrases sans nécessairement recevoir d’encouragement à le faire ou répondre à 10 questions simples

4. Est en mesure de compléter 10 phrases sans nécessairement recevoir d’encouragement à le faire ou répondre à 20 questions simples

5. Est en mesure de répondre à plus 30 questions variées

 

X. Chiffres et lettres : votre enfant connait-il des lettres, des chiffres ou des mots?

1. Ne reconnait aucune lettre, chiffre ou mot

2. Reconnait au moins 3 lettres, chiffres ou mots

3. Reconnait au moins 15 lettres, chiffres ou mots

4. Peut lire au moins 5 mots et identifier 5 chiffres

5. Peut lire au moins 25 lettres et identifier 10 chiffres

 

XI. Interaction sociale

Votre enfant est-il capable d’initier et de soutenir une interaction avec les autres? (Ceci est bien entendu notre but ultime).

 

1. N’est pas en mesure d’initier et de soutenir une interaction avec les autres

2. S’approche physiquement des autres pour initier une interaction

3. Demande facilement ce qu’il aime à un adulte

4. Interagit avec des enfants du même âge si un adulte l’aide et l’encourage

5. Est en mesure d’initier et de soutenir une interaction avec des enfants de son âge de façon régulière

 

  1. Fixer un objectif – pour faire progresser et mesurer les progrès – Comme toujours, avoir un plan est primordial donc maintenant que vous avez une idée d’où se trouve votre enfant, votre objectif devrait être de faire évoluer votre enfant en gardant en tête que si votre enfant est à 1 pour la coopération qu’il faudra passer par 2, 3, 4 avant d’arriver à 5, mais pour ce faire nous avons besoin d’un système d’outils et de ressources. Voici donc quelques suggestions ci-après :

 

  1. Appliquer systématiquement les principes de base de l’ABA (Applied Behavior Analysis). Ce que nous retenons de l’ABA comme application pratique est :
  • qu’il faut avoir un objectif précis et donc faire une demande précise à votre enfant (en commençant par des choses proches de ses compétences actuelles)
  • qu’ensuite, il faut observer les résultats : si l’enfant ne réagit pas, pour le mettre sur la bonne voie; on peut l’aider en commençant par lui souffler le début de la réponse (un peu comme au théâtre) par exemple : Ma… Ma… Ma… pour que votre enfant puisse compléter le mot Maman.
    N.B. : évitez que cela devienne une béquille, dès que l’enfant a compilé un certain nombre de mots, remplacez cette aide par une attente de quelques secondes où votre enfant peut constater de par votre langage non verbal que vous attendez sa réponse!
  • que lorsqu’il y a réussite ou progrès, même minime, récompensez immédiatement pour faire du renforcement. Par récompense nous entendons un encouragement verbal, un sourire, tapez des mains (high five), lui donner accès à un jouet… Certaines personnes utilisent de la nourriture comme récompense et cette approche est très efficace puisqu’elle fait appel à un besoin primaire et peut s’avérer nécessaire dans des cas très lourds où l’enfant est totalement dans sa bulle et qu’il n’y aucune autre façon d’attirer son attention; toutefois, comme nous l’avons vu dans le Module sur l’alimentation, nos enfants ont presque tous des problèmes alimentaires, donc si vous utilisez la nourriture, choisissez des aliments santé et éventuellement des autocollants afin d’éviter que la nourriture ne soit le seul mode de récompense; éliminez la nourriture comme mode de récompense le plus rapidement possible – ce n’est pas le genre d’habitude de vie que nous voulons donner à nos enfants!

 

  1. Rendre la communication inévitable – Maintenant que nous avons un objectif et que nous savons l’importance d’encourager sainement notre enfant, mettons en place un système pour rendre la communication inévitable, c’est-à-dire que votre enfant n’aura d’autre choix que d’interagir avec vous pour avoir ce qu’il aime ou ce qu’il veut.

 

(a)   Dans la leçon précédente vous avez fait une liste de choses que votre enfant aime et n’aime pas

 

(b)  Mettez ses jouets préférés à portée de vue, mais inaccessibles de façon à ce que votre enfant soit obligé de vous solliciter verbalement ou par un geste pour y avoir accès (n’oubliez pas d’encourager le moindre petit progrès; n’attendez surtout pas que votre enfant vous formule une demande parfaite pour l’encourager)

 

(c)   Faites obstacle et trouvez des moyens pour faire obstacle – par exemple, vous mettre sur son chemin (entre votre enfant et quelque chose qui l’intéresse)

 

(d)  Commencez sans finir (ex. : mettre le couvert pour la nourriture à table, mais attendre un peu avant de mettre la nourriture ou mettre la nourriture et attendre que l’enfant demande pour les ustensiles, etc.). Comme nous avons vu précédemment, selon le niveau de votre enfant, il faut le faire passer de la cote 1 à 2, puis de 2 à 3… Faites preuve de patience et de créativité!

5- Trouver l’aide et les ressources dont votre enfant a besoin – Dans la plupart des cas, c’est la première étape si vous vous questionnez quant au développement du langage de votre enfant tandis que les autres choses se feront en parallèle; il est capital de faire évaluer votre enfant pour savoir s’il n’y a pas de problème d’ordre physique.

Si votre enfant présente des problèmes de langage ou n’est pas verbal du tout, il vous serait peut-être nécessaire de voir votre pédiatre ou médecin de famille qui pourra vous référer en audiologie ou en Oto-rhino-laryngologie (ORL) pour voir s’il n’y a pas de problème de surdité partielle ou des défaillances au niveau des organes qui permettent d’articuler.

Vous avez aussi l’option de voir un spécialiste en ABA (Applied Behavior Analysis) si votre enfant est presque toujours dans sa bulle (ignore votre présence) et que vous voulez établir une interaction.

L’orthophoniste qui a de l’expérience avec des enfants présentant les mêmes types de défis que le vôtre pourrait l’aider à développer les habiletés nécessaires au bon développement de son langage.

Plusieurs orthophonistes, ostéopathes, naturothérapeutes ou psychologues utilisent également la Méthode Padovan®, qui est un atout pour le développement du langage chez votre enfant.


 

Exercice de la semaine

Complétez le plan de la façon suivante :

  • Notez votre enfant selon une cote de 1 à 5 sur chacun des points du Behavioral Language Assessment Form quant à sa communication.

 

Quels sont les défis de votre enfant dans l’évolution de sa communication et de son langage?

 

Si vous arrivez à faire 2 échanges, fixez-vous d’en atteindre 10 sachant qu’il faudra y aller graduellement

  • Faites progresser votre enfant

 

Fixez-vous un objectif de faire passer votre enfant à la prochaine étape (s’il est à 1, visez d’abord 3 sachant qu’il faut passer par 2…)

 

De quelle façon allez-vous rendre la communication avec votre enfant inévitable au quotidien (est-ce que ce sera en rendant ses jouets inaccessibles, en faisant obstacle,  commencer à mettre la table sans finir)?

 

  • Trouvez de l’aide

 

Trouvez un intervenant selon les besoins de votre enfant avec qui vous voulez travailler : orthophoniste, spécialiste ABA, Méthode Padovan, etc.

Souvenez-vous que chaque enfant est unique et a son propre rythme. Donc, allez-y selon votre budget et restez flexible. Parfois, c’est une combinaison de plusieurs approches qui vous donnera de meilleurs résultats. Rien ne garantit que votre enfant parlera ou ne parlera pas, mais comment savoir si vous n’essayez pas le maximum d’approches possibles pour l’aider?

La semaine prochaine nous parlerons du comportement et comment aider votre enfant en ce sens.

Vous êtes sur la bonne voie! Tenez bon!

À la semaine prochaine!

 

 

 

[/private]

Comment Aider Votre Enfant Autiste

Comment Aider Votre Enfant Autiste

Testimonials

J’en profite pour remercier Marjorie pour sa dynamique implication. Je félicite Marjorie et Shilov pour la qualité de leur site internet et la pertinence de leurs interventions. Quant à l’aide qu’ils offrent aux parents d’enfants autistes, il n’y a rien de plus solide à mes yeux que les conseils et le support d’une personne ayant vécu la même chose.
Lise Guénette, ND.A.

Comment Aider Votre Enfant Autiste?